Pages

14.4.14

Fight ! Les Bandelettes s'arment contre la crème Nok, partie 1.

À moins d’être dotée de cette chose que les élus nomment tigh gap, tu as déjà dû te retrouver confrontée à un problème fort commun. Les anglais le nomment tigh chaffing, mais si, tu sais, cette sensation très désagréable de frottement des cuisses quand tu marches, qui fait que tu ne peux pas vraiment te balader jambes nues à moins de vouloir te faire sérieusement mal.
Nombre de solutions pour y pallier existent : le port de collant (mais c’est chaud en été), les shorts de cycliste (pareil, pis faut aimer le look), le talc (à condition de ne pas vouloir porter du noir)…
Aujourd’hui et demain, je te propose donc une revue de 2 de ces solutions, dont une découverte récemment qui, je dois déjà te prévenir, m’enchante beaucoup. 

Let’s Begin the Fight : Contestant 1, la crème Nok, Contestant 2, les Baaaaaandelettes !
 
Où l'on assiste avec émotion au retour de la figurine arbitre...

La crème Nok, commercialisée par Akiléine, va être notre sujet du jour. Formulée à la base pour les sportifs, même s’il existe depuis quelques années une variation « femmes » qui semble relever uniquement du marketing genré (et qui me fait, une fois de plus, lever les yeux au ciel), celle-ci se base sur une formule où le beurre de karité vient se placer en seconde place. Je te laisse regarder :


Elle augmente du coup la souplesse de la peau et, résistant à la transpiration, elle protège les zones soumises aux frictions.

Facilité d’accès
Elle est trouvable facilement, que ce soit en pharmacie, para-pharmacie, ou même dans certains magasins de sport. Son prix est de 8€ pour 50ml, qui tiennent tout de même de longs mois avant de devoir se ravitailler.

Présentation
Sa texture est assez compacte, sûrement de par l’utilisation du beurre de karité. Elle s’étale cependant aisément, en laissant un voile brillant qui s’efface en quelques minutes.
En pratique, tu n’as qu’à prendre une noisette de produit et à l’appliquer sur les parties concernées en massant, et ayé, tu peux sortir. Au pire, tu peux aussi rajouter une seconde couche sans masser, si vraiment tu veux pouvoir lui faire confiance.
Je ne te mentirais pas, je ne suis jamais sortie avec plus de 3-4h d’affilée ,mais sur cette durée-là, pas de problème.

La crème, tout juste sortie du tube

Inconvénients
Un gros point noir par contre est que, outre la sensation glissante un brin étrange, tu ne peux pas vraiment faire d’arrêts impromptus. C'est peut-être uniquement dans ma tête, mais j’ai en effet du mal à penser qu’elle sera encore suffisamment présente pour être efficace après une heure passée sur un siège de voiture ou de cinéma. Et je connais peu de situations où tu peux spontanément te crémer les cuisses.

Et la même, gentiment étalée sur mon pied (si si, ça a du sens, lis plus bas)


Bref, si j’ai fini par abandonner la Nok pour cet usage, ce tube sera cependant loin d’être mon dernier. En effet, j’ai découvert entre temps qu’elle fait aussi des miracles pour prévenir des ampoules, ou des chaussures traîtres qui décident, d'un coup d'un seul, de te cisailler les orteils. Je la dégaine donc très fréquemment, et notamment dès l’achat de nouvelles chaussures, dont elle peut facilement aider à faire passer les premiers jours douloureux !


Ceci clôt donc la review de la crème Nok. Rendez-vous demain pour la seconde partie du combat, où je te parlerais enfin de cette chouette découverte des Bandelettes (et non, aucune momie ne sera blessée dans le processus).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Oh oui, parle-moi !