Pages

30.7.12

Et si je me retrouvais sur une île déserte...


C'est la question posée par Cacolette dans le défi du Lundi de MyBeauty cette fois-ci. Déjà, il faudrait absolument que je me confectionne vite fait un chapeau en feuilles. Dommage que personne ne m'ait offert de couteau ! Je reste le genre de fille à se chopper une insolation en deux heures si elle n'est pas protégée, alors j'aurais l'air fine, tête nue, si j'ai mon favori avec moi mais que je suis en train de déambuler entre les palmiers pour les inviter à danser. 

Une fois cette proposition entérinée, voyons voir ce que j'emmènerais avec moi sur mon île. Déjà, fi de nettoyant. Pourtant, il est plutôt chouette mon Tamagohada favori. Y t'fait la peau douce, le pore fin, l'éclat chatoyant. Mais il est aussi aux Aha, et ce serait un brin bête de ma part de prendre un produit photo-sensibilisant dans un endroit chaud et lumineux par excellence.

Un intrus s'est caché sur la photo, sauras-tu deviner à quoi il est destiné ?

Pis j'aurais l'air intelligente à tenter de me rincer le visage à l'eau de mer. Et j'ai bien vu lors de mon séjour londonien que je n'étais pas fichue de tenir une routine quand je ne suis pas chez moi. Sur la petite trousse que j'y avais emmené, la seule chose que j'en ai sorti aura été un peu de tonique à l'eau de rose, une fois, pour me rafraichir après une journée de marche. Je ne te dis même pas l'état de ma peau après une semaine.

Pas de maquillage non plus. Faut dire que je n'en applique pas de base pour sortir, et plus qu'un besoin ou qu'une envie impérieuse, c'est plus souvent par temps que j'en utilise, ou si j'ai une chouette association de couleurs en tête. Du coup, tu penses bien, même avec des couleurs vibrantes comme un arc-en-ciel sous acide et des pinceaux en poils de nuage, je ne me démènerais pas trop pour ça, sur mon île.



Pis bon, soyons honnête, la chaleur, ça m'abrutit, et à moins de trouver une île déserte où je pourrais échouer au nord de l'Allemagne, j'ai peu de chance d'échapper à ce fléau. Je sais donc déjà que, en plus de ne pas être foutue de me trouver de l'eau potable et donc d'avoir devant moi une espérance de vie de 5 jours à tout casser, je n'aurais pas grand chose qui me sera réellement utile.

En fait, le seul outil parfait pour, qui n'est pas exactement un "produit" mais que je classe dans l'univers de la beauté et qui est à mes yeux déjà un compagnon fidèle reste mon éventail.
Non, parce que mine de rien, y'a difficilement mieux pour s'apporter un peu de fraîcheur, et ne pas trop souffrir perdue toute seule sur des kilomètres de sable et de soleil tapant. Du coup, j'en ai eu plusieurs au fil des années, voguant entre l'ultra-grand manié de préférence par un second dévoué, pour un vent intense et les très clichés, décorés d'espagnoles en robes de bal. Depuis quelques temps, je reste toutefois sur mon petit préféré, noir tout simple mais juste à la bonne taille, en bois vernis d'un côté, mat de l'autre.


Tant qu'à dépérir seule sous les palmiers achevée par le manque d'eau et de nourriture, autant en profiter et se protéger de la chaleur !
Rendez-vous sur Hellocoton !

29.7.12

Ma Semaine en quelques sites - XVIII

Aaaaaaaaaah ! Tu sais qu'on ne devrait jamais écrire une introduction quand on a l'impression que son cerveau flotte loin, trèèèès loin de soi ? Nan, parce qu'invariablement on s'étend, on se perd, et on oublie le but premier de sa phrase. Les samedis ne me réussissent pas, je devrais le savoir. Du coup, et sans transition aucune, passons aux quelques articles que j'ai aimé lire cette semaine.



Dimanche


Attention danger : Urban Lipstick nous cause protection solaire Avène avec leur Spray Très Haute Protection 50+, et le produit ne donne pas du tout envie d'être essayé.


Juste Sublime a présenté le vernis Sun Gold de Nubar. C'est fou comme les vernis duochromes me font chavirer facilement.


J'ai revu Le Festin Chinois de Tsui Hark, que j'avais découvert petite, et même si ça reste très caricatural, j'ai bien aimé me replonger dans ce film.


Lundi


Lorylyn nous a fait un chouette tuto pour celles qui, comme moi, ne sont pas sûres de savoir réussir un gradient nails.


Et pour celles qui ont tout le temps les talons abîmés, Little Miss Beauty aurait a priori trouvé la solution : La Crème Réparatrice 7 jours Active Repair K+ de Scholl.


Nikopik dénonce l'absence de sécurité des caméras de surveillance personnelles, qui n'ont souvent pas de système pour protéger leurs données.


Je pensais que Sigma ne faisait que des pinceaux... et c'est Make-up of Tea qui a corrigé mon manque de connaissance ce jour, en présentant le palette Paris de la marque !


Mei Ling nous a  parlé de sa crème hydratante à tout faire, et entre ses propriétés et sa composition, j'ai bien envie de craquer.


J'ai beaucoup aimé les rainbow nails de Killer Colours, tout en subtilité.


Beaucoup aimé aussi, l'idée et la réalisation d'une encre à lèvres faite maison par La Faute à....


Mardi


Moi qui cherche une bonne crème de jour, ni trop hydratante, ni trop collante, Mojito a su me tenter avec sa crème à l'Aloe Vera.


Vanora, de My Puzzle Box, a décidé d'habiller ses yeux de verts et de violet, et le résultat est vraiment alléchant.


En beaucoup (beaucoup) moins alléchant, l'histoire sur Sexactu de cet homme et de ses 73 kilos... de scrotum. Ou comment j'ai commencé ma journée avec un "Yiiiiiiiiiiiiiiiiiirk....".



Mercredi


Je ne sais pas toi, mais quelque fois, j'ai de grosses envies de voyage... Du coup, j'ai directement mis dans mes favoris l'article de Guillaume Erard sur la recherche d'emploi au Japon après lecture. On ne sait jamais.


J'ai aussi été intriguée par la présentation par LOdoesmakeup d'un soin en poudre de Bare Minerals, que je testerais bien, si l'occasion un jour se présente.



Jeudi


J'ai appris le redémarrage d'un réacteur nucléaire au Japon, le dernier aillant pourtant été arrêté en mai.


A côté de ça, je suis aussi tombée sur un gaufrier pour faire de la cuisine à l'effigie de la marque Louis Vuitton.. WTF.


J'ai aimé lire la réalisation par Le Hibou et Le Furet de leur nouvelle vernithèque, toute en vis et planches de bois.


Anah, qui a récemment relooké son blog et dont j'aime beaucoup le nouvel affichage au passage, nous a présenté un peu plus précisément sa perruque Lockshop, et elle donne toujours autant envie.



Vendredi


J'ai bien aimé les vernis indies présentés par The girl in pink sur Des trucs de filles, et je convoite dès à présent le vert, pour ne pas faire dans l'habitude.


Histoire de Pots s'interroge sur la nécessité ou non d'ajouter son blog à son cv, et l'argumentation est sensée.


Smooth nous a fait un chouette article sur le Revitalash, avec photos-preuves à l'appui de l'efficacité du produit sur la croissance des cils. Quant à la compo, c'est chez Vanilline que ça se lit.


L'Odieux Connard a extrêmement bien résumé pourquoi je suis sortie ultra agacée et déçue de mon visionnage de The Dark Knight Rises le jour précédent.


Et j'ai trouvé sympathiques les conseils de Nobody's Topie pour bien choisir ses talons et marcher avec.



Samedi


J'ai dormi environ trente minutes, et ai donc passé ma fin d'après-midi après boulot à comater dans un fauteuil en peignant des bagues. Oui, quand je ne fais rien, je ne fais pas semblant.
Du coup, honte à moi ou non, je n'ai lu rapidement que les quelques articles qui étaient parus dans ma blogroll. Et j'ai adoré voir Gloria passer du côté coloré de la force, en arborant un très chouette maquillage légèrement anisé, tout en discrétion, et qui accessoirement lui va vraiment bien.


Rendez-vous sur Hellocoton !

27.7.12

J'ai faiiiiiim ! Ou comment se faire une recette rapide quand on a vraiment la flemme



Je te l'ai dit dans mon dernier article, j'ai quelques soucis en ce moment pour me mettre à l'écriture. Je vous remercie d'ailleurs vraiment pour vos petits mots. Même si je ne sais toujours pas comment vous répondre de façon exhaustive, ça m'a vraiment fait plaisir et remotivé de vous lire. J'ai donc décidé pour aujourd'hui d'appliquer les idées de Gloria et d'Ombre, en ne me prenant pas trop la tête. Du coup, aujourd'hui, c'est de cuisine qu'on va causer !

Soyons honnête, la cuisine, je la fais rarement. Faut dire, ça fait de la vaisselle, et je déteste ça. J'te dis pas combien de fois j'ai dû jeter un couvert qui avait traîné un peu trop longtemps au fond de mon évier et qui s'était mis à rouiller, ce n'est pas pour rien que du coup, j'en ai un graaaand stock. J'essaye donc au maximum quand je m'y mets de faire des plats simples qui ne me demanderont pas trop de préparation mais que je prendrais tout de même plaisir à dévorer. Et pour ça, je ne me sépare jamais de certains basiques dans ma cuisine, type jus de citron vert ou sauce soja.

Ce midi, j'étais un peu dans cette visée. Le garçon était déjà parti au boulot et je me retrouvais donc seule pour manger. Pour me motiver un peu et ne pas passer la journée le ventre vite, je me suis concocté un petit plat rapide, que je reproduirais très certainement. Ceci :


Soit des nouilles caramélisées à la sauce soja avec quelques légumes, parce que les champignons et les tomates revenus dans l'huile de sésame et en mode sucré-salé, c'est juste trop bon. Remarquons que je pourrais te dire ça pour à peu près n'importe quel ingrédient avec ce combo, et qu'en prenant des aubergines ou du saumon, c'est délicieux aussi. Bref, pour arriver à ce résultat, tu as besoin de quelques petits ingrédients de base.


  •  De l'eau chaude dans un bol, dans lequel tu pourras du coup plonger les nouilles instantanées juste en-dessous pour qu'elles soient prêtes,
  • Deux champignons et une tomate prêts à être découpés. Vaut mieux s'en assurer avant, parce que t'auras l'air maline sinon, avec des ingrédients qui ne veulent pas se laisser toucher. Dans ta précipitation, tu as d'ailleurs oublié l'oignon, du coup, tu le rajouteras en plein milieu. C'est ça d'être une blogueuse en carton. ^^
  • Pour la sauce, de l'huile de sésame, et un flacon de 7 épices japonaises à base de piment rouge, de graines de sésame noir et de sésame blanc, de nori, de sanshô (poivre japonais), de zeste d'orange et de gingembre. Honnêtement, ça  apporte un plus, mais si tu n'en as pas, du piment seul fera presque tout aussi bien.
  • Pis pour la compléter, et pasque c'était trop condensé en seulement trois puces, de la sauce soja sucrée tu prendras, ainsi que des graines de sésame. Celles-là sont entourées de wasabi puisque ce sont les seules que j'ai pu retrouver actuellement dans ma cuisine, mais vu que de toute manière celui-ci se dissout dans la sauce, des graines simples sont bonnes aussi.
Une fois tout ça réuni, tu passes à la phase gif animé, et tu regardes tout tes ingrédients se couper tout seuls comme des grands en gros dés, et le demi oignon apparaître en plein milieu de la préparation. Y'a pas à dire, c'est chouette la magie.


Devant la disparition de ses potes, partis au wok avant elle, la tomate se sent seule. Du coup, un brin kamikaze, elle décide elle aussi de se découper seule. 


Pendant ce temps, dans le wok, même topo, les ingrédients ont choisi de s'ajouter sans aucune aide, et de se mélanger seuls. D'abord attirés par une huile de sésame assez chaude et un feu moyen, c'est l'oignon qui se lance, vite rejoint par son ami champignon. Ils dorent légèrement puis se voient entrelacés à l'épice, les graines de sésame et la sauce de soja, qui commence directement à caraméliser. Quand cela est fait, ce sont les nouilles qui arrivent, déjà cuites par leur séjour dans le bol d'eau chaude. Une rasade de sauce soja plus tard et un aspect sirupeux ayant été obtenu, la tomate, qui se sentait bien seule jusque là vient enfin. Elle ne séjournera pas longtemps, ne voulant pas perdre toute sa fermeté (qu'est-c'que c'est orgueilleux une tomate..) mais simplement se réchauffer.


Et voilà, recette finie ! Il n'y a plus qu'à servir et à profiter, accompagné d'un bon verre de jus d'aloe vera, dont la fraîcheur ne pourra qu'aider à supporter cette saleté de chaleur estivale.

Rendez-vous sur Hellocoton !

25.7.12

Chronique d'une écriture ratée, ou le cas de la blogueuse qui se demande bien ce qu'elle fait


► Post à durée de vie éphémère

Quand j'étais plus petite, j'étais douée avec les mots. J'écrivais, inlassablement. Pour passer le temps, pour inventer mes histoires, pour palier aux fins des livres que je n'aimais pas. C'était simple au départ, ça venait tout seul... puis c'est devenu de plus en plus laborieux. Je mettais parfois des heures sur la même phrase, à la recisailler, la polir pour tenter de la rendre parfaite, et absolument cohérente avec le reste. A l'époque, j'avais décidé qu'en plus du sens, la seule sonorité des mots devait permettre d'emmener le lecteur. Pas étonnant que j'ai après été attirée par le théâtre et sa déclamation inhérente.

Et puis je me suis embrouillée. J'étais en pleine découverte de moi-même, je n'en pouvais plus de mon perfectionnisme insensé, alors j'ai arrêté. Je ne savais d'ailleurs plus ce que je voulais vraiment sortir de mes textes, et n'arrivais plus à poser les mots correctement. J'ai préféré tout stopper. Je suis tombée amoureuse, à me taper deux fois par mois mes 1500km aller/retour pour rejoindre le garçon, et je me focalisais entièrement sur mon manque entre ces courts week-ends/vacances où je le voyais. C'est à peu près à cette étape aussi que j'ai arrêté les cours de chant. Je me retrouvais d'un coup sans aucun de mes habituels repères. Et je me suis vite ennuyée, à ne plus savoir quoi faire de ma vie. Je ne dis pas, ces années sans passions réelles autre qu'amoureuse m'ont formées, et j'en sors aujourd'hui beaucoup plus heureuse, épanouie et bien dans ma peau que je ne l'étais avant. Réellement plus heureuse même, et je croise les doigts pour que cela dure encore et encore. Mais je n'aurais pas dû m'arrêter comme ça. 





A côté de ça, j'ai continué à lire des blogs, en passant peu à peu de ceux bd en 2004 à ceux beautés en 2012. La seule blogueuse que j'ai continué à suivre de plate-forme en plate-forme, et toujours avec autant de plaisir a été Maïa Mazaurette, et n'a pas été pour rien dans mon choix de second boulot.
La lecture un peu plus approfondie de la blogosphère beauté est arrivée chez moi il y a trois ou quatre ans. J'étais en construction, n'avais pas grand monde à qui parler de ce sujet-là, et j'ai aimé cet univers coloré, sans pour autant en supporter ses travers, ou ces filles très filles parfois. Je ne supporte pas l'idée de devoir se conformer à un idéal ultra genré de féminité, je n'ai de toute façon pas le corps pour ça, et ne me suis donc jamais retrouvée devant un quelconque modèle pour moi. Par contre, et peut-être un peu à cause de la blogosphère, et d'autres meufs formidables rencontrées, j'ai appris à plus m'accepter, à  me mettre en valeur, et à parfois jouer avec les codes.

Enfin, je suis tombée en début d'année sur Hellocoton, et j'y ai vu un chouette flux rss en plus interactif. A force de parcourir le site, j'ai profondément apprécié le principe d'échange qu'il développe. Mais je restais toujours un peu une intruse entre toutes ces blogueuses qui discouraient entre elles, ne me sentant aucune légitimité pour participer. Ça plus le fait que je savais avoir moi aussi, peut-être, des choses à partager. Du coup, j'ai tenté, et j'ai créé cet espace mi-février. Je me suis remise à l'écriture, d'une façon plus, beaucoup plus décomplexée, et j'ai enchaîné les articles sans me poser de questions. J'ai cependant dû mettre la pédale douce en juin, tu l'as remarqué, les obligations administratives m'appelant et votre dévouée culpabilisant. Depuis, je tente laborieusement de reprendre. Sauf que, de temps à autres, je me demande à nouveau où est ma légitimité, et ce que je fais là. À culpabiliser parfois de ne parler quasi que beauté alors que des centaines d'autres sujets me passionnent, et à me demander pourquoi je n'arrive pas à trouver par quel bout les aborder. À rester plantée des dizaines de minutes devant l'écran sans savoir comment commencer un article. À me perdre, comme dans celui-ci, dans des dédales de phrases ou à me demander quel en est l'intérêt. Dis-moi, lectrice, blogueuse, copine, comment tu fais toi pour te dépatouiller avec tout ça ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

23.7.12

Non, je ne craquerais pas. Déjà que l'on m'a destitué de mon titre, je ne dépenserais pas le reste de mes deniers !



Ces marques qui me font craquer et que je n'ai jamais essayé ? Y'en a pas un paquet à vrai dire. C'est que, généralement, quand j'ai une envie dévorante, je m'arrange pour économiser assez afin de pouvoir craquer. Cependant, il y a bien quelques produits toujours dans mon collimateur, dont je sais bien qu'ils se retrouveront un jour ou l'autre dans ma salle de bain !

Premier de la liste ? La Marque Sugarpill

Je crois en être tombée amoureuse (oui, je tombe amoureuse de choses diverses et variées toute les deux minutes, heureusement que ça n's'applique pas aussi à ma vie sentimentale !) d'abord chez Make Up of Tea, qui m'a toujours fascinée avec ses grands yeux colorés. Bien sûr, j'ai mes petits préférés, et je sais déjà qu'un jour, Goldilux, Love+ et Asylum seront mien.






Toujours dans le Make-Up, il y a aussi Real Techniques qui me tente de plus en plus... Si j'ai déjà quelques pinceaux yeux de Coastal Scent qui me conviennent parfaitement, je suis bien plus démunie en pinceaux visage. Sauf que je me vois mal investir vraiment dedans, au vu du nombre de fois par mois où je maquille cette partie-là. Soyons franche, je dois mettre du fond de teint 4, 5 fois par mois au maximum ? Du coup, le kit Core Collection me parle bien, d'autant plus que je n'ai pas lu beaucoup de mauvaises reviews dessus.


A côté de ces quelques produits pour lesquels je connais déjà mon manque de résistance future, il y a aussi les marques qui m'attirent, me chantent de les essayer à chaque fois que je les vois, mais pour lesquelles je sais que je ne craquerais pas.
La première d'entre elles ? Benefit. Même si je suis irrémédiablement attirée par leurs packagings, je n'arrive pas à mettre l'un de leur produit dans mon panier, même en solde. Parce que justement, j'ai l'impression de n'être véritablement séduite que par ça, le packaging. Du coup, je persiste à trouver la marque trop chère pour mes besoins, ayant l'impression que je payerais plus la marque que la qualité du produit si je venais à dépenser mes sous dedans. Ce n'est pas pour rien que l'on retrouve dans mes placards des monceaux de marques comme Sleek, Essence ou Catrice qui allient qualité Et petits prix.




Un peu dans le même genre, je reste toujours profondément conquise par des marques comme Illamasqua et Nars. Si je n'ai jamais pu swatcher la première, dont les visuels et les produits aux couleurs originales me touchent systématiquement, la seconde me fait plonger les doigts dans leurs testeurs à chaque fois que je m'approche d'un stand. Et j'y découvre à chaque fois des teintes sublimes et une qualité de fards ultra pigmentée et à la texture agréable. 

Toutefois, là encore, devant les prix pratiqués, je n'arrive pas à craquer. Entre le Duo Cream Eyeshadow à 34€ et le vernis à 18, ça ne passe pas. Pourtant, je ne te dis pas combien j'ai trouvé joli le vernis Kutki de leur dernière collection, qui avait si joliment été présenté par Pshiiit il y a quelques temps.






Mais au final, j'imagine toujours le nombre de fards fyrinnae que je pourrais m'offrir ou le sac de la cambridge company dont je rêve, et je me dis qu'il serait bête de ma part, avec mon salaire de temps partiel, de craquer pour un achat si irréfléchi. Je reste parfois raisonnable mine de rien !



Rendez-vous sur Hellocoton !

22.7.12

Ma Semaine en quelques sites - XVII



Magiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie !!!


Tu contemples en ce moment-même mon 100eme article ! Et mine de,  je n'aurais pas pensé en arriver là en écrivant le premier il y a de cela 5 mois. Bon, tu auras pu remarquer que je n'ai finalement pas tenu mon rythme de 6 articles par semaine. J'admire d'autant plus celles qui y arrivent, mais je crois bien que c'est quasi-impossible de mon côté, à moins de ne plus rien faire à côté. 
En tout les cas, je voulais vous remercier, vous tou(s)tes qui passez régulièrement par ici. Pour votre venue, vos commentaires, votre soutien. Ce serait long de le dire à chacune, mais sachez que, putain, je vous aime !



Dimanche

A-Muse nous a montré ses arcs-en-ciels, tout de pastels vêtus.

Gloria nous a parlé de ses astuces pour trouver des pantalons sympas, et honnêtement, j'aurais bien aimé lire son article il y a 10 ans.

Cdubeau a sorti un dossier plutôt complet sur 12 recettes de pizzas italiennes, même que certaines me font grave de l’œil.


Lundi


Wouhouuu !  Où on apprend qu'à présent, nos conversations sont aussi automatiquement surveillées sur facebook. Ça me donne encore moins envie d'y retourner.

J'ai découvert avec beaucoup d'intérêt la collection Cherry Blossom Girl d'essence chez MamzelleKitkat, et ma liste de produits désirés dedans est déjà grande.

Pepper, de Pepper's Big World, m'a donné envie de pancakes à la banane.

The Green Geekette nous a présenté 10 façons de survivre en forêt grâce à un tampon.

J'ai énormément ri en découvrant sur Sexactu le Kissenger, aka le lapin à museau en plastique pour embrasser ton tien quand il n'est pas à côté de toi. Oui, mais non quoi. Autant, j'peux voir l'intérêt d'un toys comme le Zoon, fonctionnant sur la distance avec contrôle télécommandé, autant là, c'est juste ridicule.


Mardi


J'ai ri, encore, en regardant avec le garçon les vidéos de La Minute Vieille, même si je connaissais déjà la moitié des blagues.

J'ai aussi eu envie de glaces à la limonade après un super post de Make my Lemonade justement. Les moules à esquimau se sont directement ajoutés à ma wishlist d'ailleurs

J'ai trouvé intéressant l'article de Saya sur Princesses always rock sur son flop avec le gloss Kaléidoscope de Lime Crime.

Et Lolaa a comme à sa terrible habitude joué son rôle de tentatrice à fond, en nous présentant la boîte 24 couleurs d'Amuse, actuellement en réduction sur Cherry Culture. Le pire, c'est qu'elle réussirait presque.


Mercredi


Je me suis demandée, à l'instar de Vesperlynd, si le pari de WallPaper de sortir un parfum à la douce odeur de livre était vraiment réussi.

J'ai été tentée par Gloria, et sa présentation du fond de teint compact matifiant de Séphora.

Avec un peu de retard, j'ai adoré le tutoriel à la façon de Maléfice fait par Jangsara.

Vanora nous a présenté une très jolie manucure au scotch, dont les couleurs et la réalisation m'ont vraiment accrochés.


Jeudi


Beau à la Louche nous a sorti une sublime recette d'entremets à la mangue et aux fruits de la passion.


Aya nous a parlé smartphone japonais, et je dois dire que j'ai été très intéressée par son article ultra complet sur son Kiotai.


Envie d'en découvrir un peu plus sur les différents types de Mikado existants ? C'est chez Mamie Gâteaux qu'il faut aller.


Ombre nous a montré que, même sous la pluie qui règne depuis des semaines, elle savait se vêtir de fleurs.


Et j'ai redécouvert l'Aker Fassi, grâce à Mademoiselle Peau de Peinture !

Vendredi


Beauté Coréenne nous a présenté ses images insolites de la Corée, et entre les spermatos géants ou les vues par satellite des deux pays, la découverte est sympathique.


Anthisei elle, a décidé de craquer pour le baume teinté A Million Kisses de Lush... et je regrette déjà d'être passée à côté si longtemps.


Avec un peu de retard, j'ai aimé lire ce retour du CSA sur la diffusion de cette émission désastreuse de Zita il y a quelques mois.



Samedi


Jangsara nous fait une revue sur le maquillage LUSH sorti ce jour-là, et c'est pour l'instant la plus complète que j'ai pu lire en terme de swatchs.

J'ai ri devant cette liste (en anglais) de faits arrivés à tout le monde, particulièrement sur le "Je n'arrive pas à t'entendre, alors je vais juste rire et espérer que ce n'était pas une question.

J'ai trouvé astucieuse ce bricolage pour fabriquer un projecteur apascher pour iphone.

J'ai également découvert la DandyBox, dont je n'avais pas encore entendu parler et qui semble avoir tout pour plaire à ces messieurs (me diisent, trempez-la dans l'huile, trempez-la dans l'eau), chez Romain Paris.




Rendez-vous sur Hellocoton !

19.7.12

Ou comment l'on apprend à faire ses eyeliners soi-même grâce au Mixing Medium, petits swatchs et tutoriel de préparation

Oyez oyez, dames, damoiselles, et damoiseaux égarés en ce lieu, aujourd'hui, est l'achèvement de vos recherches inespérées ! Car oui, aujourd'hui est le jour où, sous vos yeux ébahis (oui, je l'aime bien cette expression.. ah, tu avais déjà remarqué ?), nous allons découvrir un moyen de multiplier l'éventail de nos possibilités à pas cher. Oui, ça aussi c'est une idée fixe chez moi.

Je sais pas toi, mais perso, j'aime bien de temps en temps pouvoir habiller mes yeux de couleurs discrètes ou non, juste en simples traits d'eyeliners colorés. Sauf que les liners colorés, ça reste tout de même une plaie à trouver dès lors que tu as envie d'une couleur un peu plus particulière, d'autant plus si tu ne veux pas débourser des sommes folles. Parce que bon, même si je reste par exemple très attirée par une couleur comme Scribe d'Illamasqua, mettre 17£ dedans, ça reste un brin au-delà de mon budget. Du coup, quand The Body Needs a récemment fait une opération tout à -30% sur son site, je n'ai pas hésité et ai vite mis dans mon panier la collection pop presque au complet, que je me désespérais au passage de ne plus pouvoir trouver sur TKB, et un flacon de Mixing Medium de 3ml. 15 jours plus tard, tout était chez moi, et j'ai pu commencer mes patouillages.


Là donc, tu as les 5 pigments de la Pop collection, rebaptisée ici Eye Candy Collection, sur lesquels je bavais depuis trois ans vu leurs couleurs très marquées, plus le Blackened Emerald, découvert au départ chez une amie et qui, forcément, m'a de suite plu (le fard, pas l'amie. Quoique l'amie aussi en fait, mais ça, c'est logique.).

Du coup, dès l'enveloppe arrivée, j'ai sorti ces petites merveilles pour voir à quoi elles ressemblaient, une fois appliquée, et surtout, pour voir si le Mixing Medium proposé donnait bien suffisamment d'intensité pour l'élaboration de vrais liners. Je te laisse découvrir la chose en image juste en-dessous, sachant que les pigments en eux-même sont appliqués sur une base de Pixie Epoxy, et que les traits sont donc logiquement constitués d'un mélange mixing medium/pigments.

Green Apple, Lemon Drop et Tangerine
Grape Soda, Blueberry et Blackened Emerald
Comme tu peux aisément le remarquer, le pari est plutôt réussi ! Les couleurs ressortent joliment, et, pour peu qu'on laisse sécher le mélange correctement, il reste bien en place après la pose, sans vraiment perdre en intensité.

Le Mixing medium fait donc bien son job. Après vérification, celui-ci, très liquide, se trouve d'ailleurs composé de :
- Purified Water, eau purifiée donc, ce qui explique la texture très liquide du produit,
- Glycérine, au rôle d'hydratant, d'humectant et de solvant
- et de Phenoxyethanol, un conservateur.


Je reste cependant plus sceptique sur ce dernier ingrédient, reconnu comme étant à très fort pouvoir allergisant, même s'il entre dans la composition à moins de 0,01% selon le site de vente. Du coup, j'aurais tout de même tendance à me demander si, en usage court, il ne serait pas plus simple de composer son propre mélange. Il me semble d'ailleurs qu'Ombre, de ZeDarkRainbow s'y était aventurée récemment, et je serais curieuse de connaître son retour.

Passons tout de même au mélange en lui-même, qui pour le coup est des plus simples ! En gros, ce qu'il te faut, c'est un support, un pinceau, du pigment, et, logiquement, le mixing medium. Sachant d'ailleurs que si tu n'as pas de pigment en forme libre, tu peux très bien utiliser un de tes fards pressés en le grattant un peu pour récupérer de la matière et éviter de faire le mélange directement dans le godet, ce qui risquerait tout de même de l'abîmer. 

Un pigment, un support, un mixing medium. Le pinceau viendra plus tard, il est bloqué par un accident de bison sur la voie.
Une fois que tu as bien gentiment sans faire d'histoire donné ton flingue mis un peu de ton pigment sur le support, tu prends la bouteille là-bas derrière, tu la pressouilles et hop, magie, ça fait ça :


Soit... un mélange à mi-chemin entre le pâteux et le liquide qui brille, et qui est prêt à être étalé partout tout en restant ultra pigmenté. Bon, j'aurais pu choisir un meilleur exemple pour le mélange que Mephisto de Fyrinnae qui une fois passé au chaudron perd sa sous-teinte violette, mais tout d'même, est-ce que c'n'est pas joli ça ?


Parce qu'il était dommage tout de même d'avoir perdu les jolis reflets de ce pigment, je me suis demandé ce que le Mixing Medium donnerait en lui adjoignant des fards réellement duochromes. Faut dire, dans ma commande était aussi venu se glisser un marron/bleu plutôt sympathique justement nommé Azul Marrom, et il aurait été dommage que je ne le teste pas lui aussi un peu plus. Je te le présente donc, associé à sa droite à Conjuror, Steampunk et Are you My Mummy.


Le côté duochrome ressort plutôt joliment sur ces fards, et je sens déjà qu'il vont pouvoir être source de nombre d'amusements utilisés en liners. Je ne me doutais cependant pas que Azul Marrom et Conjuror seraient si proches, bien que l'un tire effectivement plus dans les marrons, et l'autre dans les violets.  

Enfin z'et pour finir, j'me suis quand même aussi peinturluré le dessus de l'oeil. Pasque c'est bien beau le test sur la main, mais ça n'me dit pas grand chose sur la tenue éventuelle de la chose. Pour cela, j'ai choisi Parental Advisory de Fyrinnae, un très joli violet électrique, et l'ai donc traîné avec moi 8h durant, en n'omettant pas de me frotter les yeux pasque sinon, c'pas drôle. Au niveau de l'application, il va d'ailleurs falloir que je me trouve un pinceau plus fin, celui que j'utilise actuellement n'étant pas super pour la virgule. Il va aussi falloir que j'apprenne à rester les yeux immobiles un peu plus longtemps, vu que j'ai dû corriger deux ou trois fois le trait d'eyeliner qui venait s'imprimer sur ma paupière.A voir après si en faisant un mélange avec moins de mixing medium, ceci ne se corrige pas tout seul  !
Je pense que tu reconnaîtras aisément le trait tout juste tracé et celui subsistant après quelques heures. 



Rendez-vous sur Hellocoton !

17.7.12

Apéro Beauté en compagnie de Natura Brasil et de Paulette ? Testé et approuvé !



Longtemps, je me suis levée de bonne heure. Mais ceci n'a rien à voir. Pis est accessoirement faux en plus, puisque j'ai toujours eu une certaine répugnance à vivre le matin, temps fait, comme chacun le sait, pour dormir. Bref, longtemps par contre, je me suis demandé ce que Natura Brasil avait dans le ventre. Par mon boulot d'ambassadrice Soft Paris, cela fait déjà plusieurs années que j'entendais parler de la marque, ou que je voyais occasionnellement des conseillères au gré de salons de la vente à domicile mais, si l'image de la société m'attirait, je n'avais jamais vraiment eu l'occasion de m'y pencher plus, et ce jusqu'à jeudi dernier.


Remercions donc Fanny et Guillaume, d'Apéros Beauté, pour l'organisation d'un Apéro Beauté (meuh non, j'fais pas de répétitions, j'explique) en partenariat avec le magazine Paulette et Natura Brasil. Pour le coup, entrée libre à toutes dans un haut-lieu des bagels strasbourgeois : Bagelstein. Une enseigne à l'humour décalé et aux murs recouverts d'annonces ou de citations sympathiques. Pour moi qui me régale déjà chaque mois de leurs éditions limitées (au programme ce mois-ci, bagel aux fines herbes, cream cheese, coleslaw, courgettes, surimi et moutarde au miel... il faut absolument que je le goûte !), il ne m'en fallait pas beaucoup plus pour venir, d'autant qu'une chouette formule découverte était proposée pour celles qui n'avait encore eu le temps de déjeuner/dîner, à base de mini-bagels au choix et d'un dessert. J'ai d'ailleurs été particulièrement enchantée par Hippolyte, à base de cream cheese, poulet fumé, tomates et cornichons, mais surtout, surtout, par leur brownie au chocolat. Moi qui ne prend quasiment jamais de dessert, celui-ci est simplement une tuerie gustative.


Oui, j'ai boulotté Hippolyte avant de me rappeler que j'avais un appareil photo.. Méchante Zoh, méchante.

Mais revenons-en à la présentation en elle-même. Comme je te l'ai dit, la marque Natura Brasil était ce soir-là mise à l'honneur, propageant son concept de cosmétiques axés autour d'ingrédients d'origine végétale brésilien et du concept de développement durable. Pour ce faire, divers petits ateliers étaient organisés : entre le massage des mains, les maquillage du teint et du visage, la découverte des soins de la gamme, il y avait de quoi faire. 

Accompagnée de Sandrine, conseillère dévolue à cette partie, j'ai débuté avec un petit cours d'auto-massage des mains, accompagnée de la crème mains Castanha, à la douce odeur de noix du Brésil. Et je dois dire que j'ai été séduite, autant par le geste et le côté agréable de la chose, que par la crème en elle-même, très légèrement parfumée et surtout, ne laissant pas de fini gras sur les mains. Je ne sais pas toi, mais j'ai toujours du mal quand c'est l'impression d'avoir laissé ses mains dans une friteuse qui prédomine, même la douleur en moins. N'empêche, moi qui m'étale toujours extrêmement sommairement mon hydratant sans y passer plus de 30 secondes, c'était une façon de faire plutôt très sympa à découvrir... Me reste maintenant à convaincre le garçon d'adopter la chose, en espérant que ça puisse l'attirer un peu plus vers les joies du massage. (Nan mais sérieusement, t'as des astuces toi pour parvenir à en avoir un ? (de massage hein, pas de garçon (pour ce dernier point, c'est bon, j'reste déjà tout à fait satisfaite. (et sinon, toi, tu aimes les parenthèses interminables ? (moi j'adore.)))))



C'est donc convaincue par les crèmes mains (même si, ne mentons pas, je ne risque pas d'en acheter une dans l'immédiat, mes tiroirs en regorgeant toujours suite à l'avalanche de ce type de soin dans les boxs de cet hiver) que je suis passée au maquillage pour le teint. Contrairement à mon habitude, j'avais pour une fois déclenché mon cerveau, et étais donc venue peau nue, hydratée et gommée. Et si j'ai beaucoup aimé la douceur des pinceaux, ma peau mixte à tendance chiante a semblerait-il moins apprécié le fond de teint. Faudra tout de même que je retente la chose, puisque là, sans base et avec une application sommaire qui m'a fait plutôt peur une fois rentrée chez moi, tant j'avais de jolies traces de pinceau sur le nez, avec tantôt du produit, tantôt non, je reste dubitative.
C'est bête, parce qu'entre la partie SPF du produit, l'aspect non gras avec sa formulation oil-free et son côté soin, même si pour le coup j'aurais préféré plus d'hydratation, je partais plutôt emballée. Mention spéciale à l'aspect légèrement graniteux de ma peau a priori asséchée qui laisse voir toutes ses peaux mortes. J'te l'ai dit, je suis glamour, c'est dans ma nature.


Je te sens supra convaincue derrière ton écran, avoue-le. Du coup, rien que pour le plaisir, on va passer à la partie maquillage yeux. Là aussi, j'ai apprécié les produits mais pas leur application. En même temps, il faut bien souligner que les conseillères ne sont pas forcément des professionnelles de la chose, étant chacune plus spécialisée dans un type de gamme à ce que j'ai compris. Au niveau ombres à paupières, je n'ai pas été subjuguée par les couleurs, aimant plus l'hyper pigmentation, mais il faut avouer que les quads Natura Brasil reste bien constitués, avec des associations complémentaires et un rendu discret.J'ai aussi beaucoup aimé que les palettes Natura Brasil fonctionnent par système de recharge, et qu'il n'y ait donc pas besoin de racheter tout un emballage une fois les fards finis.


Oh, et je suis tombée amoureuse de l'eyeliner bleu qui dépasse juste à droite sur la photo. Du coup, je compte bien le reproduire sous peu grâce à quelques pigments et au mixing medium commandé chez The Body Needs.
Niveau application, pas de base a priori dans la gamme Natura Brasil. Du coup, une heure après, quand les photos ont été prises, les fards avaient déjà creasé. Je te mets quand même une image que tu vois un peu la couleur de tout ça, sachant que c'est le quad de gauche qui a été utilisé, et que j'avais laissé main libre à Audrey, maquilleuse pour l'occasion.


Quant à la partie soin, je ne saurais t'en parler vraiment, puisqu'il ne se trouvait pas d'atelier ou de conseillère disponible lorsque je suis passée y faire un tour, et que je n'ai donc pas insisté. Du coup, je n'en saurais pas plus cette fois-ci sur les textures ou les actifs employés. A la lecture du catalogue, la gamme semble en tout cas complète !



Au final, même si je n'ai pas été convaincue par tout, l'accueil a été des plus agréables. Autant les créateurs d'Apéros Beauté que les conseillères Natura Brasil ont été disponibles, souriant et à l'écoute pour toutes celles présentes ce jour-là !
Je reviendrais d'ailleurs sur la marque, puisque Fanny m'a gentiment offert un goodie bag à mon départ. En plus de plusieurs parfums, dont le pitaya qui m'enchante assez, je vais donc pouvoir tester plus en détails les laits pour le corps au jasmin et à la noix de macadamia. Quant au magazine Paulette, en libre service à l'événement même si celui que j'ai pu avoir pour le coup date du mois de février, je file le lire pour voir ce qu'il vaut, en te laissant avec mes quelques dernières photographies prises !






Rendez-vous sur Hellocoton !